10 rue de la Mission Ecole Valentin 25480, France
+ 33 (0)3 81 53 26 25
info@lovalite.com

Santé & Beauté

L'optique, outils de recherche, de sécurité et de preuve d'efficacité

Le rôle de l'Optique dans l'industrie cosmétique

Dans l’industrie cosmétique, l'optique est un outil fondamental et indispensable à la recherche de nouveaux produits, la garantie de leur sécurité, la preuve de leur efficacité et la compréhension de des mécanismes biologiques. Les techniques d'observation macroscopiques et microscopiques de l'action des produits cosmétiques et dermatologique sur la peau ont connues un développement considérable ces dernières années. Selon la zone et la structure à examiner, on utilise une gamme d'instruments de mesure et de lasers adaptés pour objectiver l'effet cosmétique des produits et révéler leur pénétration dans les tissus.

Les nanoparticules et le rayonnement Ultra Violet

Les rayons Ultra Violet (UV) sont invisibles mais peuvent causer des dommages cellulaires, Notamment les UVA traversent l'épiderme et pénètrent le derme. Ils provoquent un vieillissement cutané en cassant les fibres de collagène (rides). Le centre de recherche international sur le cancer (CIRC) a classé en 2009 les rayonnements UV solaires cancérogène pour l'homme (Groupe1).

Les principes actifs des crèmes de protection solaires agissent comme un filtre UV.

Ils sont de deux sortes :

organiques : Ocotcrylène, Avobenzone, Les filtres organiques présentent plusieurs inconvénient comme une absorption limitée, une dégradation à la lumière et une toxicité pour certains filtres (allergie, pertubateurs endocriniens, ..)

Minéraux : Dioxyde de Titane (TiO2) se présente sous la forme d'un pigment blanc qui diffuse la lumière, n'absorbe pas la lumière visible et absorbe les UV. Les filtres minéraux évitent les allergies rencontrées avec certains filltres organiques et sont stables à la lumière. Sous forme de particules non nanométriques, l'indice de protection est limité et l'on obtient un produit pateux, difficile à étaler. Pour avoir des crèmes transparentes, qui ne se voient pas, il faut avoir des nanoparticules en dessous de 35 nm

Les nanoparticules et la réglementation

Les produits cosmétiques se sont considérablement amélioré durant les deux dernières décennies. Néanmoins, les industriels du secteur font face à une réglementation de plus en plus stricte notamment en matière d’environnement et d’expérimentation animale. Les fonctionnalités visées par les produits cosmétiques innovants (antirides, protection UV, shampoings limitant l’alopécie…) doivent donc être complètement contrôlées tant d’un point de vue physico-chimique et biologique que clinique.

Le Règlement Cosmétiques de 2009 exige qu'à partir de juillet 2013 les fabricants indiquent la présence des nanomatériaux dans la liste des ingrédients des cosmétiques. La règle d’étiquetage prévoit que soit indiqué le terme nano entre crochets après le nom de ingrédient concerné. Par exemple dans le cas du TiO2 : Titanium dioxyde [nano].
La définition de nanomatériau retenue par le Réglement Cosmétiques (différente de celle préconisée par la Commission européenne en octobre 2011) est la suivante : "un matériau insoluble ou bio-persistant, fabriqué intentionnellement et se caractérisant par une ou plusieurs dimensions externes, ou une structure interne, sur une échelle de 1 à 100 nm".

Source: http://veillenanos.fr/wakka.php?wiki=ReglementationCosmetiquesEurope

Santé & Beauté